New York

Quarante-huit heures d’attente et tous les copains qui t’envient ta chance d’être coincée à New York à coup de J’aime, de bonhommes sourires et de thumbs up. L’hôtel était déprimant au possible, mais pas autant que la bouffe du resto était mauvaise.

Je n’étais pas vraiment à New York, plutôt coincée en marge de La Guardia, à devoir retourner régulièrement à l’aéroport pour mesurer mes chances d’obtenir un vol. J’étais trop pauvre, de toute façon, pour sauter dans un taxi et retourner à Manhattan.

Quarante-huit heures en banlieue de New York, sans wifi dans la chambre, à lire, à m’endormir parfois, à recycler le même linge sale. Les repères brouillés, en vacances forcées, sans un sous dans les poches.

Je pensais à ce chèque que j’attendais et qui ne serait pas déposé à temps pour absorber le paiement à venir. J’avais des étourdissements et je les attribuais à mes soucis budgétaires.

Près d’un an plus tard, coincée dans un autre État américain, j’ai compris que tout ça n’avait rien à faire avec l’argent. Les hôtels d’aéroport font tourner la tête et ne sont pas des lieux tout à fait sains.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s